1

Dans la peau d’un enseignant de mathématiques en REP

Parler aux autres. Engager la conversation. Rencontrer du monde en soirée ou dans un lieu public. L’ami qui vous présente l’ami de son ami. Être sociable est un vrai art. La question incontournable : que fais tu dans la vie ? Certains ont des métiers ” simples ” à expliquer comme un avocat ou une infirmière. D’autres ont des métiers plus ” techniques ” comme un dessinateur-projeteur. Quand on dit qu’on est ” enseignant de mathématiques ” et surtout au collège, il est presque – trop ? – fréquent de voir des réactions du genre ” mais pourquoi ? “. Le métier d’enseignant devient comme une tâche ingrate. Faut dire que les adolescents / collégiens de nos jours sont durs. Mais est-ce vraiment tout ce qu’on peut retenir de ce métier ? Découverte et immersion !

 

REP, kézako?

REP comme dans Réseau d’Éducation Prioritaire. La volonté de l’éducation nationale est de modifier l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire. Le moyen sur le terrain est un renforcement de l’action pédagogique et éducative dans les écoles et établissement des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales.

Il est ainsi demandé aux équipes pédagogiques de mettre en place un vrai travail de réflexion sur les pratiques professionnelles, ainsi que sur l’accompagnement. Le travail d’équipe est complété par des formations régulières, afin d’assurer aux enseignants d’avoir des pistes de réflexion et une critique constructive de leur métier.

La politique d’éducation prioritaire propose une continuité dans les parcours. Elle donne à chaque enseignant un référentiel et des repères solides, fiables et organisés qui sont le résultat de recherches constantes sur comment assurer une éducation scolaire la plus efficace possible. Elle s’adresse essentiellement aux élèves issus des classes sociales dites ” populaires “.

Une journée dans la peau d’un enseignant de mathématiques au collège

Debout 5h30 du matin. Le collège est à l’autre bout de l’Ile-De-France. 1h15 de transports. On les sent passer. C’est parti pour le 6h30 qui permettra d’arriver aux alentours de 7h45. Une fois arrivé, il faut installer la salle et préparer l’arrivée des élèves. Zut ! Il manque des photocopies pour le premier cours. On court en salle des profs. Re-zut! Le photocopieur est pris. Ouf, le collègue s’en va. Ça y est ! Le combat peut commencer. Car oui, il s’agit d’un combat. 25 élèves dont plus de la moitié rechignent à apprendre les mathématiques jugées trop difficiles et surtout ” mais voyons çà sert à rien les maths dans la vie “.

Analysons un peu cette dernière phrase. Il est clair que la trigonométrie ou le calcul littéral ne sont pas des outils qui nous permettent d’avoir des réponses à tous les moments de la vie… Voire jamais. Et si nous réfléchissions plutôt en terme de logique. Finalement, les mathématiques sont omniprésentes dans nos vies. Vous en doutez ? Comment savez-vous que quand vous reculez avec votre voiture vous êtes bien droit ? Eh oui, ce sont bien les notions de géométrie dans l’espace qui prennent leur sens. Un autre exemple tout simple avec la calcul et la vérification de la monnaie à l’issue d’un achat.

Chaque cours dure 1 heure. Les objectifs sont multiples et les méthodes variées. Il faut faire du calcul mental, corriger les exercices maison, avancer et expliquer le cours, faire l’appel, et tout avec en parallèle, bien entendu, la gestion de la classe.

Il faut intéresser les élèves, captiver leur attention et valoriser leur travail. Gérer l’individualité dans le collectif, voilà le vrai job. Et des méthodes pour enseigner, il en existe. Il suffit d’être le plus inventif et efficace possible, à l’image de Issaba.

Source: Youtube

Et les fameuses vacances, on en parle ?

Le fameux grand débat de tous les temps : ” les profs ne bossent pas vraiment. Ils sont tout le temps en vacances comme leurs élèves ” !

La volonté, ici, ne sera pas de chercher à défendre les profs. Il est vrai et indéniable que c’est relativement confortable d’avoir toutes les vacances scolaires. Toussaint, fin d’année, hiver, Pâques, été… Mais en fait, ils ne bossent jamais ces gens ! … Vous croyez ….?!

Soyons quand même un peu critique et pragmatique. Un enseignant doit faire un minimum d’heures en présentiel devant les élèves. Cela signifie que pendant toutes les heures de cours, il doit s’ajuster à chaque élève de sa classe. Il doit écouter les élèves. Son cerveau est en alerte car il doit analyser ce que demandent les élèves pour la meilleure réponse possible. Il doit subir les bavardages – en gros c’est comme si nous avions un bruit dérangeant et incessant toute la journée – des élèves. En fait, un enseignant est un vrai acteur de théâtre non ? Ou de cinéma peut-être plutôt !

Parlons en de la jeunesse actuelle. Il est clair qu’avec l’évolution de la société, l’avènement des réseaux sociaux et la précocité ambiante, il est difficile de canaliser toute cette fougue générale. Alors, imaginons un peu pour une matière ” dite difficile ” comme les mathématiques. Il faudrait peut-être contacter Ethan Hunt de Mission Impossible en espérant qu’il accepte la mission.

En gros, les enseignants sont des acteurs qui travaillent dans des environnements pas toujours faciles voire hostiles. Alors, ces vacances, vous en pensez quoi ? Le débat reste ouvert ?

Il est souvent dit que certains métiers comme prêtre, infirmière ou encore enseignant sont des métiers à vocation. Il est certain qu’il faut aimer le contact avec autrui ainsi que les relations humaines pour s’épanouir. Enseigner les mathématiques au collège en REP n’est pas une tâche facile. En effet, il s’agit d’une matière ” détestable ” pour les élèves. Mais, il a été prouvé qu’il est possible de les intéresser et de ramener même les plus récalcitrants. Il suffit de trouver les bonnes méthodes ainsi que l’équilibre nécessaire afin que la confiance soit mutuelle. Michel de Montaigne disait : ” je n’enseigne pas, je raconte “. Racontez donc vos matières, Messieurs et Mesdames les enseignants !

Rendez-vous sur Hellocoton !