Like

Le costume : élégant ou dépassé ?

Pour beaucoup, le costume, aussi connu sous le nom de costard, terme plutôt familier, est généralement l’habit d’un évènement particulier dans lequel les mœurs recommandent de venir habillé « classe ». Vous en avez un voire deux pour certains et vous le ressortez à chaque occasion.

Autrement, il dort dans la penderie le reste de l’année. On le ressort avec la même cravate en essayant de l’associer avec une chemise achetée pour l’occasion et vous êtes le plus beau le temps d’une soirée. Pour d’autres il est réservé à une certaine classe sociale comme l’indique l’histoire. Pour le reste, c’est simplement un choix vestimentaire ou imposé par le travail… Mais cet habit loin d’être « classique » est pourtant entré dans notre quotidien. Dès lors, quels sont les codes, les différentes coutumes et d’où vient ce style ? Enquête !

Un peu d’histoire

Étymologiquement parlant, le costume (à ne pas confondre avec l’habit porté au théâtre ou pendant le carnaval) est un « vêtement d’homme composé d’un pantalon et d’une veste, qui peut être typique d’un lieu, d’un pays ou d’une certaine époque ». Jadis, les gens portaient des habits en fonction des croyances, des mœurs et des besoins, comme les Chinois qui auraient cherché à se protéger du soleil, ou encore les textes sacrés qui prônaient le respect de la pudeur des individus. Le costume trois pièces (veste, pantalon et gilet) fit son apparition au XVIIeme siècle. Portée par les nobles en Angleterre, cette tenue va évoluer au fil des siècles. Tantôt sobre, tantôt coloré et exubérant, porté par les Dandys, le costume a traversé les époques pour arriver à un modèle standard veste et pantalon avec en couleur dominante le noir, le gris anthracite et le bleu nuit.

Cependant, nous ne cherchons pas à faire un article mode, en vous donnant les us et coutumes du costume, ou encore les couleurs tendances de l’année. Notre réflexion porte davantage sur le pourquoi de ce style vestimentaire et ses limites.

 

Quelle est la place du costume dans la société aujourd’hui ?

© Suits

Chaque matin, vous croisez tous ces gens dans le métro, en costume direction le bureau. Vous avez un certain respect pour eux « classe, habillé, charismatique », tels sont les adjectifs qui reviennent le plus souvent. Pour d’autres vous êtes « dépassés, prétentieux, différents des autres » et suscitez un certain malaise et complexe d’infériorité. Peu importe, votre travail vous demande de le mettre et vous vous pliez aux règles. Dès lors, il ne s’agit plus de l’enfiler le matin sans un minimum de coordination. Rien ne doit être laissé au hasard, la règle des trois couleurs, l’assortiment des chaussures avec la ceinture, éviter les rayures sur rayures, le nœud bien serré. Il est intéressant d’observer les gens et de s’amuser à deviner leur statut, le domaine dans lequel ils travaillent. Un auditeur de grand cabinet ne sera jamais habillé avec des couleurs claires. Un banquier privé ne met pas de chaussures marron, cela étant considéré comme un « faux pas ». Il faut que la veste soit cintrée, le pantalon ni trop large ni trop court. Les chaussettes de sport ou pire « blanches » sont à bannir (pas tout le monde n’est Michael Jackson) ! On remarque que les jeunes, communément appelés « les juniors » ont plus de mal à respecter toutes ces règles. En effet, les costumes coûtent chers, il faut les faire tailler, acheter des chaussures et cravates de qualité. Tout cela engendre un budget conséquent, pas toujours en adéquation avec les salaires à la sortie d’école. Alors oui le costume est classe et rend un homme élégant, oui il rassure les gens et favorise l’écoute et la crédibilité mais attention à ne pas tomber dans l’absurde et penser que le costume fait l’homme car c’est l’homme qui porte le costume.

Le costume, oui, mais avec modération !

Oui, nous avons cherché à montrer les limites du costume. Car certains membres de la rédaction le porte au quotidien et ce n’est pas tous les jours facile. Canicule, 40 degrés, imaginez la chaleur dans les transports… Ce n’est vraiment pas agréable de porter une veste et avoir une cravate autour du cou dans ces conditions. Il semblerait donc plus logique de voir ses employés arriver avec un petit polo plutôt qu’avec une chemise auréolée. Et il est prouvé que le bien être des salariés influe sur la qualité du travail. Mais non, dans certaines sociétés, cette règle n’est pas encore arrivée. Alors il faut chercher des solutions : garder sa veste sous le bras, ne s’habiller qu’une fois au bureau ou supporter la chaleur et espérer avoir la climatisation une fois derrière son écran. De plus, certaines personnes sont en costume et d’autres non. Pourquoi marquer un clivage et une différence entre les salariés ? Est-on mieux qu’un autre parce qu’on porte cet habit ? Sommes-nous plus aptes à prendre des décisions ? Allez demander cela à Xavier Niels (patron de Free) ou encore autre fois à Steve Jobs, le mythique fondateur de Apple. Ces deux hommes ont bâti un empire et sans costume ! On est encore trop vite jugé sur son apparence et c’est bien dommage. Saint-Jean disait « Cessez de juger sur l’apparence, jugez sur l’équité ». Il serait peut-être temps d’évoluer, et de passer au-delà des apparences pour ne juger une personne que par ses compétences. Car, lors d’un entretien, nous ne sommes pas tous en capacité de venir avec un costume de marque, tiré à quatre épingles, avec des chaussures à plusieurs centaines d’euros. Permettons à tout le monde d’évoluer dans une entreprise uniquement grâce à ses compétences. Mais attention, nous ne vous disons pas non plus de venir en claquette-chaussettes !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !