Like

Invitation au voyage: Conversation avec Diouma

Le 26 mars dernier, Le Ticket Mode te proposait, ô toi lecteur qui lit ces lignes, de découvrir une jeune et nouvelle artiste de la scène musicale française: Diouma. A la suite de la parution de l’article, nous l’avons contacté pour une interview, suite logique à l’issue de notre rencontre musicale à la Bellevilloise. Il faut avouer aussi que LTM était curieux – comme toi, nous le savons bien – de savoir qui est  cette nouvelle venue. Diouma a chaleureusement accepté. Voici ton invitation pour le voyage dans le monde de Diouma!!

 

Le Ticket Mode: Qu’est ce que tu écoutes en ce moment, Diouma?
Diouma: J’écoute beaucoup de la vieille musique, de la soul et du RnB des années 90….
Sean Paul avec Blue Cantrell, Aliyah. J’écoutais aussi ces derniers temps – toujours de la vieille musique – une chanson de Brassens, “Je me suis fais tout petit”. On peut dire que j’écoute des chansons pas très actuelles. En musique actuelle, le morceau qui me vient à l’esprit est “Human” de Rag’n’Bone Man.

LTM: Justement pourquoi la musique? Plutôt que la danse ou l’écriture ou la politique?
Diouma: (Rires) Mon intérêt pour la musique s’est manifesté très jeune. J’ai toujours aimé tout ce qui était mélodique. La plupart du temps, cela me permettait d’être bien dans ma peau, d’apaiser mon esprit et de penser à autre chose. J’ai toujours aimé chanter depuis que je suis petite….même si j’ai commencé à le faire sérieusement tard. En devenant adulte, la musique s’est tout simplement imposée à moi!

LTM: Qu’est ce qui a été le déclic pour commencer à travailler sérieusement ta musique [comme tu l’as dis]?
Diouma: J’ai passé 13 ans au Sénégal (de mes 4 ans jusqu’à mes 17 ans). Quand je suis revenue en France, je devais commencer mes études universitaires. J’avais été poussée à étudier la médecine. J’ai donc commencé le cursus pour cette formation. Je me suis rapidement rendue compte que ce n’était pas ce que je voulais faire et j’ai arrêté. Par la suite, lors de mes recherches, de toutes les formations qui m’étaient proposées, aucune ne m’inspirait assez pour m’y imaginer à long terme. C’est ainsi que j’ai laissé tomber mes recherches et me suis consacré à des boulots alimentaires afin de subvenir à mes besoins. Petit à petit, j’ai commencé à rentrer dans le milieu de la musique avec la rencontre de musiciens, d’instrumentistes, … j’avais 19 ans! Au bout d’un moment, vu que rien ne me plaisait, mon frère (connaissant ma passion pour la musique) m’a suggéré de commencer une formation dans le son. Etant donné que c’est un milieu très masculin, j’ai émis des doutes sur mes capacités à m’en sortir dans ces études. De plus, nous vivons dans une société où il y a clairement des métiers pour lesquels les femmes ne sont pas encouragées à se former. J’ai donc énormément hésité et je me suis finalement décidé à le faire. L’une des raisons qui m’a motivée est que je voulais finalement commencer un projet musical et je me suis dis que cela pourrait être une porte de sortie si jamais la musique n’allait pas dans le sens que je voulais.

LTM: Si l’académie française vient te voir et te demande de donner une définition de la musique, tu répondrais quoi?

Diouma: Pour moi, la musique est un moyen d’expression et de communication. C’est également un forme de thérapie.

LTM: Une thérapie par rapport à ta vie personnelle?
Diouma: Dans mes textes, je parle beaucoup de mon vécu et de mon histoire. C’est vrai que j’ai eu une éducation très stricte où, bien souvent, on est censé suivre un chemin déjà tracé, ce que disent les aînés et qui est soi disant forcément bien pour nous. Du coup, je n’ai pas eu l’opportunité de m’exprimer sur mes goûts, mes envies, mes craintes. De plus, j’ai grandi sans mes deux parents ensemble et je vivais dans la maison familiale. A l’âge adulte, la musique m’a donc permis d’exprimer à haute voix ce que j’avais toujours voulu dire, tout ce qui a été enfoui au fond de moi. Donc oui une thérapie parce que je parle quelquefois de choses très personnelles […] pour certaines, ce sont des sentiments que je n’ai même jamais exprimés à mes parents ou personnes proches!

Crédit Photos : Henri Séguin

LTM: Si tes textes sont en partie sur ta vie personnelle et que la musique est un moyen de communication…avec ton public logiquement….j’imagine que tu dois être attentive à la réaction des personnes qui t’écoutent. Comment appréhendes-tu cette relation avec ton public?
Diouma: C’est marrant….je suis une personne très timide à la base. Je peux donner l’impression d’être très renfermée quand je suis avec des personnes que je ne connais pas. Quand je chante (mon vécu ), je regarde les gens et je vois qu’ils sont touchés par ce que je dis. Du coup, j’ai un retour d’émotions qui est fort. Je me surprends ainsi à réussir à parler à des personnes inconnues de choses très personnelles.

LTM: Tu as déjà rencontré des personnes qui t’ont dit qu’elles se retrouvaient dans ton histoire?
Diouma: Oui! surtout avec la chanson “Illusions” où je parle de la place de la femme dans la société africaine mais on peut l’extrapoler et parler de la place de la femme dans les sociétés en général. J’ai discuté avec plusieurs personnes, des femmes comme des hommes, qui s’accordaient sur le fait que suivre des chemins tracés n’était pas le meilleur moyen pour s’épanouir pleinement. Je suis quelquefois étonnée de ce que l’on peut me raconter.

LTM: Pour revenir sur ta timidité, c’est assez drôle de voir la différence d’attitude entre la jeune fille qui arrive sur scène, toute intimidée, et celle qui commence à chanter en regardant toute la salle. C’est comme si tu revêtais une armure de combat…..!
Diouma: (rires) Oui….on me l’a déjà fait remarquer. On m’a dit que quand je suis sur scène, c’est comme si je me libérais! Effectivement, la musique m’a permis de lâcher prise et de me libérer. Il me reste encore du travail et des “choses” à libérer. Je suis une autre personne quand je chante; je suis bien dans ma peau. Ce qui n’a pas toujours été le cas dans le passé. Et aussi, voir le sourire des gens qui bougent et dansent sur ta musique, il y a un retour d’énergies positives et cela fait un bien fou.

LTM: J’aimerais parler de ton équipe. On sent une grande complicité entre vous sur scène. Peux tu nous parler de tes acolytes?
Diouma: Mon équipe est devenue une famille. Je pense que peu importe le projet qu’on porte dans la vie, il est important de bien s’entourer pour réussir. Cela demeure aussi la partie la plus difficile. La première personne qui m’a rejoint dans mon projet musical est Raphaël, mon guitariste. Il est en école de musique et est une personne très généreuse, à l’écoute et motivée. On a tout de suite été en phase et c’est cela qui nous a permis de bien développer le projet. Par la suite, mon bassiste Thierry nous a rejoint. Puis, David, mon régisseur est arrivé dans la bande. Ils ont accroché tout de suite avec mon univers et depuis nous avons un objectif pour lequel chacun connait son rôle et nous avançons ensemble!

Crédit Photos : Henri Séguin

LTM: Quel est le rôle de ton régisseur David?
Diouma: Il organise des répétitions, se charge des déplacements et de la logistique lors des concerts. Il assure tout le côté fonctionnel dans le travail de l’équipe. Il s’occupe aussi du marketing visuel avec notamment la réalisation des affiches en collaboration avec une graphiste.

LTM: Tu composes bien tes musiques, Diouma? Peux tu nous dire quelle a été ta toute première chanson ainsi que son thème?
Diouma: Il me semble que c’est “Cette petite voix” où je raconte la dualité chez l’Homme à propos de ses actes et de ses paroles. Cette petite voix qui nous motive à faire certaines choses et pas d’autres ou encore qui fait que l’on se sente coupable après certaines actions ou paroles.

LTM: Quels sont tes projets musicaux?
Diouma: L’objectif prochain est de sortir un EP (Extended Play: sorte de mini album). J’ai eu beaucoup de questions sur la date de sortie de mon album. Je vais donc travailler à sortir un EP d’ici la fin de l’année. Et à côté, continuer de perfectionner et développer la scène, bien entendu, auprès du public.

LTM: Forcément, une question incontournable, qui est Diouma? Parle nous de toi!
Diouma: (rires) Alors Diouma est une femme avant tout. Elle a voyagé entre le Sénégal et la France. Cette double culture est une force inestimable car elle construit sa personnalité et son éducation mais aussi lui donne de l’inspiration pour sa musique. Diouma est aussi la petite fille qui réalise son rêve via la musique. Elle aimerait pouvoir développer ce projet au maximum en indépendante ou autre. Son but est d’être heureuse via la musique.

LTM: En préparant l’interview, j’ai constaté que partout où il y a Diouma, on retrouve du rouge et du noir. Est ce un choix réfléchi ou il s’agit juste d’un goût prononcé pour ces couleurs?
Diouma: Un peu des 2! Déjà, j’adore la couleur rouge qui va très bien aux peaux noires. De plus, je voulais créer une vraie identité visuelle autour des couleurs. Du coup, j’ai commencé par mes baskets rouges que j’ai tout le temps sur scène. Et toutes mes tenues de scène ou sur les affiches proposent du noir et du rouge (en majorité et quelquefois du blanc).

LTM: Résumer Diouma à un dicton, que serait il?
Diouma: (long moment de réflexion)…..finalement, je vais plutôt te donner des mots: ténacité, passion, force!

LTM: Pour finir, aurais tu un message pour ceux qui vont lire cette conversation avec toi et pour ceux qui te soutiennent ou qui vont te découvrir?
Diouma: Un message? J’aimerais que tout le monde puisse trouver quelque chose dans lequel s’épanouir. Nous devrions tous avoir la chance de pouvoir nous exprimer comme nous le souhaitons au travers du moyen qui nous plait (musique, peinture, danse, …). Soyez heureux!!!

Thomas Hobbes écrivait que “la connaissance des mots conduit à la connaissance des choses”. Le Ticket Mode t’a donné les mots de Diouma et nous espérons que tu la connais un peu mieux. Pour ma part, j’ai passé un excellent moment avec Diouma. J’ai apprécié sa simplicité et son ouverture d’esprit. Voila une jeune fille, qui a du vécu et qui continue à apprendre à se connaitre à travers la musique, sa passion. Entre nous – chuuut-, nous avons continué à discuter au delà de l’interview et avons presque refait le monde entier. Je te souhaite une superbe carrière dans la musique et espère que tu continueras à enchanter les oreilles de ceux qui t’écoutent.


AGENDA

Le Jeudi 11 Mai au Le China, Paris à 20h

Le Mercredi 17 Mai – After-work solidaire ( L’Association Une Goutte De Soleil) en Plateau partagé avec plusieurs artistes au Le Reservoir , Paris à 19H30

Le Mercredi 21 Juin – Fête de la musique (Scène de Emb Sannois) , Ville de Sannois à 20h

Le Samedi 24 Juin – “La Fête au Pecq” , Le Pecq Yvelines à 19h00

Le Samedi 22 Juillet – Festival “Les Arts dans le Patio” Bibliothèque G.Apollinaire, Pontoise à 16h


Pour plus d’informations:

https://www.facebook.com/DioumaOfficielle

http://www.dioumaofficielle.com