Like

Le collectif “En marche pour la paix”, un nouvel élan de solidarité

Le collectif « En marche pour la paix » est né après les attentats du 13 novembre 2015 au Bataclan, et juste avant ceux du 14 juillet 2016 à Nice. Fondée durant une période marquée par la violence, cette association toute jeune commence doucement à s’enraciner en France.

 ” Le collectif ‘En marche pour la paix’ s’est imposé à nous quand un réel mouvement de solidarité s’est crée “, explique Roland Nivet, porte parole de l’association. ” Les français se sont demandé pourquoi toute cette violence ? “, ajoute-t-il. Créée entre fin 2015 et début 2016 – une période fortement marquée par les attentats – elle commence à se faire une réelle place dans le monde associatif.

On refuse la paix par la force “, précise-t-il, en faisant référence au Patriot Act lancé aux Etats-Unis après l’effondrement des tours jumelles, le 11 septembre 2001. Dans le raisonnement du collectif, la paix ne doit pas se faire par l’augmentation des mesures policières ou par la restriction des libertés.

Depuis sa création il y a presque trois ans, ” En marche pour la paix “, ne cesse de grandir et de créer l’évènement. Le 22 septembre dernier s’est tenue la marche pour la paix organisée dans 160 villes à travers toute la France. Le 14 octobre prochain aura lieu la journée nationale d’action pour l’élimination des armes nucléaires. ” Elle se tiendra dans neuf lieux symboliques liés à l’arme nucléaire “, raconte Roland Nivet, “qu’elle y soit conçue, ou gardée “. Une pétition a d’ailleurs été lancée sur leur site pour demander la ratification du traité contre l’armement nucléaire. Elle a déjà recueilli plus de 10 000 signatures.

D’après un sondage IFOP réalisé cette année, 76 % des français sont favorables à la ratification de ce traité, et 67 % demandent une signature immédiate.

Malgré ce chiffre considérable, le nombre d’adhérents n’augmentent pas, comme le déplore Roland Nivet : ” Nous comptons aujourd’hui 3 500 membres, mais ce n’est pas suffisant. “ Il précise d’ailleurs que ” N’importe quelle personne partageant nos objectifs de paix, peut être habilitée à rejoindre l’association, créer un comité dans sa ville et véhiculer nos idées. “

Leur combat premier est de diminuer les dépenses pour l’armement : ” 800 milliards sont destinés à l’armement contre neuf milliards seulement pour la paix “, s’insurge-t-il. Mais avec de nombreux engagements comme la lutte contre les guerres, les violences, la xénophobie, le réchauffement climatique, les mesures diplomatiques, l’association doit prendre garde à ne pas brouiller le message qu’elle veut véhiculer. ” Nous avons une vision peut-être holistique de la paix, nous devrons sûrement travailler un peu plus sur notre communication à l’avenir “, concède Roland Nivet.

Avec l’aide de 30 organisations, ils ont écrit ” Le livre blanc pour la paix “, où ils proposent aux Nations-Unies des solutions alternatives et concrètes, une transition pacifiste.

Aujourd’hui reconnu par les Nations-Unies, le collectif ne bénéficie d’aucune subvention, il vit exclusivement de dons et de la cotisation de ses adhérents.

Rendez-vous sur Hellocoton !