Like

Le coin lecture : des livres petits mais costauds

Qu’est ce qu’on lit ce mois-ci ? Figurez-vous que j’ai décidé de me pencher sur ces livres pas très épais mais dont les histoires sont aussi passionnantes, voire plus, que certains gros pavés dont on vante les mérites. Faciles à transporter, les intrigues sont rapides et les dénouements assez inattendus. en bref ils ont tout pour plaire !

Le mariage des enfants – Michel RICHARD

Que d’aventures en 174 pages ! Nous rencontrons Vincent, journaliste et père de Benoît, le futur marié. Tout est affaire de mariage vous l’aurez compris. Dans le but de préparer au mieux la cérémonie de leurs enfants, les deux couples de parents se rencontrent et c’est le point de départ d’un sombre scénario : Fabienne et Simon, les parents de la jeune fille n’ont pas l’air de renier sur la dépense. Marie, la femme de Vincent, ne s’occupe pas des comptes, et Vincent se défend de refuser quoi que ce soit pour ne pas passer pour pègre ou pauvre.
Entre château, champagne hors de prix, alcool qui coule à flots, invités toujours plus nombreux et lancer de papillons, finit par se poser la question du financement. Alors dans le bus, Vincent pense, pense à Honoré de Balzac, il en fait presque son modèle, son père spirituel. Roi de la débrouille et des manigances, il va lui inspirer 3 plans, chacun devant lui apporter son petit pécule…

source image : franceloisirs.com

Sur fond de mariage, ce livre nous dépeint aussi l’intérieur, pas toujours flatteur, du milieu des prix littéraires, de la presse people, de la critique et du journalisme. Il semble presque que l’immoralité soit une valeur fondamentale à qui veut gagner de l’argent. Alors nous sommes partagés en lisant le livre. Oui Vincent met en scène des scénarios douteux, mais Vincent se sent tellement oppressé par Simon qu’on lui pardonne volontiers ces écarts de conduite. Et l’éternelle question du mariage, de son financement, des relations entre parents et beaux parents… Beaucoup de thèmes abordés dans ce court ouvrage et une fin qu’on ne soupçonnait pas!

Les bonnes affaires, même ruineuses, ne se refusent pas, sauf par les imbéciles qui sont les seuls à penser que les bonnes affaires au-dessus de leurs moyens ruinent aussi sûrement que les mauvaises affaires hors de prix.

En voiture Simone! – Aurélie VALOGNES

Pourquoi ce livre ? J’ai ma petite idée !

On reste dans l’univers familial. Bienvenue chez les Le Guennec ! Jacques et Martine sont les parents de trois grands garçons. Invités pour le traditionnel réveillon, Matthieu, Nicolas et Alexandre sont accompagnés de leurs copines respectives : Stéphanie, Laura et la petite nouvelle, Jeanne. Et les belles filles dans cette famille, c’est une longue histoire, il ne vaut mieux pas se présenter au poste s’il est à pourvoir ! Les pics, les réflexions, les reproches et les sous entendus fusent entre Jacques et les filles. Cette ambiance pesante depuis quelques années arrive à son paroxysme et ce réveillon annonce de grands chamboulements.

source image : livredepoche.com

A peine 250 pages, mais quelle criante vérité ! Ce roman vous fera sourire, par son ancrage dans la vie quotidienne actuelle. Vous vous retrouverez forcément au hasard d’un dialogue, d’une situation, d’une dispute. Peut-être que vous reconnaitrez un membre de votre famille, ou alors une relation. La complicité des frères, le ras le bol de la mère, les tentatives échouées des belles filles de bien se faire voir, sans oublier les manigances de la grand mère… L’histoire d’une famille qui évolue et s’agrandit au rythme et au bon vouloir de chacun. Elle vous mettra de bonne humeur et vous fera sentir moins seul les jours où le dialogue et la communications semblent compliqués même avec les plus proches.

On ne choisit pas sa famille, mais on ne choisit pas non plus sa belle-famille. Juste son amoureux …

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armorie ikéa – Romain Puertolas

Point de départ de notre héros : le Rajasthan. Fakir de métier, il est décidé à se rendre en France pour acheter un nouveau matelas à clous, à la seule aide d’un faux billet de 100€. Et qui d’autre que Ikéa pour cela ? La suite vous la connaissez presque…Ajatashatru (oui c’est son nom) se retrouve coincé dans une armoire et un périple à travers la France, l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie et la Libye débute.

source image : livredepoche.com

On aime ou on aime pas, mais on reste pas indifférent à cette histoire de Fakir. Il vous plaira si vous êtes amateurs de jeux de mots simplistes et si vous n’êtes pas trop tatillon sur la syntaxe. C’est fantaisiste, c’est invraisemblable, presque de la fiction diront certains. Mais j’aime me dire qu’il existe des gens, dont la vie n’est autre qu’une succession d’aventures, ou mésaventures. Une sorte de feu d’artifice permanent, ne laissant jamais place au normal et à l’accalmie. Ce roman ne sera pas sans vous rappeler Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, ouvrage dont je vous ai parlé dans le coin lecture du mois d’aout.
Il y a en revanche un point sur lequel on ne peut qu’applaudir l’auteur c’est celui de la condition des sans papiers et clandestins qui amène une réflexion fondée dans un amas de péripéties et de rencontres loufoques.

L’Indien venait de comprendre qu’il avait devant lui les vrais aventuriers du XXIème siècle. Ce n’était pas les navigateurs blancs dans leurs bateaux à cent mille euros, leurs courses à la voile, leurs tours du monde en solitaire dont tout le monde se foutait sauf leurs sponsors publicitaires

Petit Pays – Gael Faye

Petit Pays, c’est l’histoire de Gabriel. Il a 10 ans, il vit au Burundi avec son père français et sa mère rwandaise. Il grandit et tout ce qui paraissait simple et évident se disloque. Ses parents se disputent et se séparent, la guerre civile éclate, et ce qui n’était qu’une différence de nez devient génocide…

Un roman beaucoup moins humoristique que ce que je vous ai donné à lire jusque là. On connaissait Gael Faye chanteur, aux textes engagés avec une maitrise assez incroyable de la plume et de la langue. C’est toute cette maîtrise que l’on retrouve dans Petit Pays, d’ailleurs élu prix Goncourt des lycéens en 2016.

source image : parismatch.ladmedia.fr

Bien que non autobiographique, il y a quand même une grande part de vie l’auteur qui résonne dans ce livre. On y apprécie le temps passé sur l’insouciance d’une enfance heureuse dans le “Petit Pays”. Et puis ce glissement, doucement mais surement, vers une autre vérité de plus en plus présente : la haine, l’horreur, les conflits sanguinolents. Au delà de dénoncer ces guerres et le génocide rwandais, cet ouvrage est un véritable hommage à l’Afrique, sa beauté et ses richesses. Les couleurs, les saveurs, les senteurs…autant de trésors que Gaby nous relate et cela est réconfortant d’entendre parler du Burundi et du Rwanda autrement que par les sombres heures que ces pays ont connu.

C’est la première fois qu’on a un président qui n’est pas militaire. Je pense qu’il aura moins mal à la tête que ses prédécesseurs. Les présidents militaires ont toujours des migraines. C’est comme s’ils avaient deux cerveaux. Ils ne savent jamais s’ils doivent faire la paix ou la guerre.