Like

Coachella : le guide de survie

Avec une programmation étincelante depuis 1999, des zones VIP ultra hypes, 32 hectares d’art et de son, le festival californien Coachella, c’est aussi et surtout la naissance d’un style unique et emblématique de notre époque.

Coachella, dont les syllabes résonnent comme un cookie moelleux, c’est presque vingt ans de son électro, hip-hop et rock balancé dans une vallée californienne à l’est de Los Angeles. Coachella, c’est aussi un art extravagant mis à la portée de tous les festivaliers, comme des installations de piscines vides et illuminées, des cabanes punks dans les arbres ou un papillon géant aux ailes pailletées. Un lieu privilégié ou l’art contemporain prend toute sa dimension dans ce musée en plein air.

Obligation d’être 100% looké : qui dit Coachella dit tenue longuement pensée pour soit se fondre dans l’esthétique générale hippie revival, soit se hisser au rang de Queen B qui chaque année affole par ses looks chocs. Le style Coachella, on le connaît bien, et les modeuses festivalières encore mieux. Ready to show off ? Pour faire renaître un doux mélange de 70’s-90’s comme il se doit, un short en jean un peu déchiré et retroussé est indispensable (bronzage optimal recommandé) assorti d’écussons fleuris et de bijoux over-sized qui courent le long des bras et du cou. Pour un côté plus folk, la robe longue, légère, indienne ou tropicale est de mise. Cette année, on aime particulièrement les petits cropped tops brodés, blancs ou noirs, qui tranchent avec le foisonnement des matières plus brutes. Coachella, ou l’art de se montrer.

Au-delà des critiques qui peuvent être adressées au festival pour son prix très élevé, son défilé de personnalités ou ses diverses contraintes, Coachella, c’est avant tout un style imité par tous les festivaliers au monde. Le mix bienvenu entre les franges échevelées des seventies et le jean roi des nineties, les possibilités infinies de lunettes de soleil, aviateur, miroir, vintage, tout est permis, et les fleurs, présentes sous toutes les formes.

Coachella, c’est une élégance assumée, un peu superficielle car on sait tous que le spectacle n’est pas que sur scène. Mais avril est bientôt fini, et le printemps suave nous rend légers, alors tant pis pour le froid et la gravité. Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour folker sauvagement, vêtus de fleurs et de tatouages éphémères.