Like

Ça existe à cause des parents

Inspiré du roman de Stephen King, Ça est un film d’épouvante qui reprend la figure, devenue classique, du clown maléfique. Dans son scénario, Andrès Muschietti tente l’originalité en intégrant, parfois avec humour, une critique de l’éducation parentale. 

Sept enfants luttent contre une entité maléfique connue sous le nom de Ça (« It » en anglais). Ils ont tous un point commun : ils sont les cibles favorites des gros durs de leur école. Surnommés les ratés (« losers »), ils deviennent les proies rêvées d’un serial-killer qui se nourrit de leur peur,  mais surtout de leur solitude.

Laissés pour compte

Chacun est victime de la folie ou de l’absence de ses parents. Beverly subit les comportements incestueux de son père. Eddie est surprotégé par une mère ultra-anxieuse, au point d’être contraint quotidiennement à prendre des médicaments. Les parents de Mike sont morts dans un incendie, il doit travailler dans un abattoir pour survivre. Ben est martyrisé à cause de son physique ; et Bill doit accepter seul la disparition de Goergie, son frère cadet, tué par le clown. Ce dernier, surnommé « Grippe-sou » voit en eux les victimes idéales. Aucune autorité parentale ne l’empêche d’agir.

Pire, le tueur reviendrait tous les 27 ans, provoquant une vague de disparitions. L’intello du groupe mène son enquête et révèle le phénomène ainsi : « Il y a six fois plus de disparition à Derry que dans le reste des États-Unis », et tous les adultes font comme si de rien n’était. Au-delà d’un simple film d’horreur, dont le scénario ne serait finalement pas très original, un clown effrayant qui enlève des enfants, Andrès Muschietti représente, grâce à ses personnages principaux, les conséquences de l’absence parentale.

Les protagonistes de scènes d’agressions sont également des adultes ou des enfants eux-mêmes traumatisés par leurs géniteurs. La victime devient le bourreau. Qui est le plus effrayant ? Le clown qui prend la forme des plus grandes peurs des enfants ou les créateurs de ces angoisses ? Andrès Muschietti a annoncé qu’il y aurait une suite, Ça 2 sera sur les mêmes enfants 27 ans plus tard… Comment évolueront-ils avec de tels traumatismes ?

Une touche de gaieté

Entre scènes d’angoisse et de rire, l’innocence des enfants est rétablie par leur jeu et leur humour. Richie Tozier, interprété par Finn Wolfhard (découvert dans la série Netflix Stranger Things), détend l’atmosphère anxiogène par ses blagues salaces de jeune adolescent pré pubère. Des scènes gaies, appuyées par les traits de caractère de ses copains : la peur obsessionnelle des microbes de l’un, le don d’être au mauvais endroit au mauvais moment pour l’autre, ou encore le bégaiement du leader du groupe. Des comportements, rendant les personnages originaux, attachants et surtout aboutis.