3

Bonhomme : “on peut oublier qui l’on est, mais pas qui on a aimé”

C’est le 29 août que le film Bonhomme de Marion Vernoux est sorti dans les salles obscures. Entre humour, tristesse et passion, notre coeur virevolte durant les 1 heure et 43 minutes du film.

Piotr et Marilyn forment un couple vivant dans la banlieue lilloise. Le schéma est des plus classiques : une petite amie jalouse dépendant de son copain qui lui porte beaucoup moins d’attention qu’elle ne le souhaiterait et en plus avare de gentillesse… Lors d’un trajet en voiture une dispute éclate, provoquant alors un accident. Résultat des courses : Piotr qui a percuté le pare-brise se retrouve avec un traumatisme crânien “frontal”.

Jusqu’où est-on prêt à aller par amour ?

Si cette histoire est belle, c’est avant tout grâce au personnage de Marilyn qui veut tout faire pour que son Piotr et elle soient à nouveau heureux. Est-ce de l’amour ou de la culpabilité ? Peut-être un mélange des deux.

A cause de l’accident et du traumatisme crânien, Piotr perd la mémoire et, parce que sinon il n’y aurait pas d’histoire, il ne se souvient pas d’elle, de qui elle est et de l’histoire qu’ils ont pu partager.

Le quotidien de Marilyn se verra ainsi changer : elle prend en charge Piotr, au grand dam de la mère de ce dernier, et se fixe pour objectif de lui faire recouvrer la mémoire et/ou lui réapprendre à l’aimer.

Ana Girardot et Nicolas Duvauchelle, deux performances brillantes

C’est l’actu dont tout le monde parle ces derniers jours : Ana Girardot n’était pas la première pressentie au rôle de Marilyn. Suite à un conflit apparu durant le tournage, elle a pris la place de Sara Forestier, changeant au passage l’interprétation du personnage de Marilyn (on lui dit merci).

Touchante, c’est une Marilyn folle d’amour, prête à tout pour sauver son Piotr, qu’elle nous offre. Au fil du film, elle forge son caractère et prend l’ascendant sur Piotr qui avait une totale emprise sur elle.

De son côté, Nicolas Duvauchelle interprète avec brio un personnage brisé par le handicap. Complexité masculine oblige, Piotr perd ses repères dans cette situation où il doit dépendre de quelqu’un. À la maison, il n’est plus le “boss” pour reprendre son terme.

Piotr est un personnage intéressant à analyser. Plutôt macho à ses débuts, on le sent à la fois proche et distant de Marilyn, une sorte de “mâle dominant”, un bonhomme. Le rapport de force change après son accident et change à nouveau à la fin du film (on ne vous en dira pas plus pour ne pas vous spoiler, sait-on jamais).

Le traumatisme crânien, des séquelles importantes

On parle peu des séquelles que peuvent avoir les traumatisés crâniens, ces dernières pouvant être un véritable handicap. Atténuation ou, au contraire, amplification de la libido. Piotr est souvent comparé à un animal, ses sentiments et ses envies prenant le pas sur tout le reste. Certaines de ses relations sexuelles avec Marilyn s’apparentent même à du viol. Piotr doit réapprendre la patience, le respect et l’écoute.

La perte des souvenirs, des noms, des mots est une véritable crise identitaire. Peut-on être la même personne après un traumatisme crânien ? Si Bonhomme montre qu’un accident peut nous changer, il nous prouve aussi que des sentiments tels que l’amour laissent des traces indélébiles.

Rendez-vous sur Hellocoton !