Like

Ces beautés marginales qui affolent la fashionsphère

Un petit coup d’œil sur cette tendance qui bouscule les visions étriquées de la beauté. Le dérangement, c’est maintenant !

Si on part du constat que la beauté est subjective, on peut se poser une question évidente : le pourquoi du canon de beauté ? D’une manière générale, on demande un corps mince, si possible athlétique, une peau sans défaut, des traits équilibrés et une chevelure soyeuse et lissable. Et le système publicitaire n’aide pas à avoir une vision diversifiée de la beauté.  Il serait utopique d’imaginer des affiches arborer des visages disgracieux, des difformités ou une tare quelconque.

Et pourtant.

Et pourtant, on commence à voir défiler avec plaisir des petits minois atypiques, qui déséquilibrent nos codes de perfection avec impertinence et folie. L’exemple de la top Molly Bair est choc : elle défile pour les plus grands, Chanel, Alexander Wang, Prada, dévoilant ses traits de lutin extra-terrestre et baladant ses jambes interminables sur les podiums. Nouvelle coqueluche de la modosphère qui tend de plus en plus à mettre en exergue des beautés marginales, la jeune fille s’étonne de l’attention forcenée qu’on lui porte.

On peut également mentionner l’enfant gâté du cinéma, la chouchoute de Karl Lagerfeld, la fille chérie de Johnny Depp et Vanessa Paradis, Lily-Rose Depp. Egérie du n°5 de Chanel, elle clôture les défilés au bras Karl, gambade sur ses premiers tapis rouges, devient une héroïne cannoise, s’empare du monde. Avec un visage d’une simplicité compliquée, aux traits taillés quasi sévèrement, un corps fluet et une chevelure menue, Lily-Rose plaît énormément par son regard perçant, une prestance héréditaire et un sens inné du style.

Les beautés dérangeantes, soit on les haït, soit on les vénère, il n’y a pas de juste milieu. Mais n’est-ce pas là le rôle de la mode ? Surtout ne jamais laisser indifférent. Cultivez vos défauts, possédez-les férocement, ils n’appartiennent qu’à vous.

« A te regarder ils s’habitueront », dirait René Char.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !