1

“Basique”, le buzz made in Orelsan

Avec son morceau “Basique”, Orelsan revient en force et fait le buzz. Sur la toile, les réactions s’enchaînent et les reprises sont nombreuses. Du message comique au politique, tout le monde s’en inspire.

 

L’artiste normand reviens en 2018 avec son troisième album solo “La fête est finie”, et s’impose comme un ambassadeur du rap français. Loin des standards des stars de la chanson française, il est l’un des artistes dont la carrière incarne le mieux le ressentit de la génération actuelle. L’urgence, l’ennui, les contradictions et l’ouverture d’esprit, des problématiques propres aux jeunes de province en recherche d’identité.

Avec cet album, le rappeur est bien loin de ses anciens titres polémiques. Pas de “St Valentin” ou “La Terre est ronde” dans cet album, mais plutôt une ressemblance avec Stromae et une profondeur dans les textes, une mélancolie.

Basique : des punchlines bien senties, communicatives

Dans “Basique”, Orelsan s’en prend à tout le monde, avec des punchlines sans prise de gants.

Les mecs du FN ont la même tête que les méchants dans les films.

Les hommes politiques doivent mentir sinon tu voterais pas pour eux.

Les gens les plus intelligents sont pas toujours ceux qui parlent le mieux.

S’il est impossible de nier le rôle des insultes répétées dans sa notoriété, ce qui lui a valu de nombreuses voix à son encontre, ce n’est pas ce que l’on retient ici. Dans ce morceau à la cadence en demi-diminué, rare dans la musique pop, le rappeur lance des vérités qui dérange, en quelques mots. Pas besoin d’une chanson, d’un couplet pour une idée. Des tournures simples, basique.

Une communication réussie

Une communication plus que bien pensée pour le rappeur qui dès les premières notes du clip annonce l’arrivée de son album. La fin de ce dernier est animée par la date de sortie, visible grâce au placement des différents acteurs de la vidéo. Si cette dernière a pu apparaitre comme une introduction, il n’en n’est rien, puisque c’est le morceau “San” qui ouvre le disque.

Tourné à Kiev, en Ukraine, sur un pont en chantier, la vidéo le met en scène avec un plan-séquence unique en travelling.Un tournage qui apparaît comme simpliste d’un prime abord, avant de se révéler impressionnant dans l’esthétisme et l’originalité de la performance des figurants, avec un visuel très bien ficelé.

Et une chose est certaine, le cocktail a conquis le public. En moins de 24h, la vidéo s’est hissée en tête des tendances sur YouTube, avec un total d’1,6 millions de visionnages.

Quelques mots pour conquérir la com’

Face à l’ampleur du phénomène, partout, les internautes se sont mis à reprendre cette écriture pour décrire, choquer, dénoncer, responsabiliser aussi parfois. En somme, à reprendre un objectif et un axe de travail propre à Orelsan.

Pour le spécialiste de la communication politique Philippe Moreau-Chevrolet, «Il est en phase avec le public de son époque. Le citer, c’est instrumentaliser, de manière light, son succès. On est exactement dans la veine d’un Raffarin qui reprenait la “Positive Attitude” de Lorie.»

Sans oublier les retombées importantes pour ces projets, qui n’auraient pas eu la même popularité présentés sous un axe plus classique, plus simple. Un aspect branché, jeune, pour des messages clairs et engagés.

Reprise pour les droits des femmes par le meufisme

 

Reprise par des avocats du Havre contre la réforme de la carte judiciaire

 

ou encore, le 7 mars, Emmanuel Maurel, député socialiste qui a déclaré :

Je vais être simple, basique. Dans “socialisme”, il y a “social”, les gens attendent de nous que nous répondions aux questions sociales.

Un défi réussi pour Orelsan

Avec Basique, Orelsan a lancé un mouvement, un buzz, qui laissera forcément une trace. Un bon coup de communication, certes, puisque ce dernier aura eu pour conséquence de faire découvrir son titre à un large public. Mais bien plus que ça, puisqu’avec ce dernier, il s’impose comme un rappeur dont les textes profonds peuvent inspirer des révolutions sociales, une volonté de changer les choses. Il a ainsi pu démontrer que quelques mots valent parfois mieux qu’une longue tirade.

Rendez-vous sur Hellocoton !