2

Banksy, le mystère de l’art

Banksy est un artiste contemporain qui marque profondément nos générations : inspirant et polyvalent, il excelle dans son art en maniant, tel un chef d’orchestre, réalisme et dérision. Ses oeuvres restent de loin les plus percutantes. Retour sur ce mystérieux personnage !

Le street-art, c’est quoi ?

Le street art, également appelé art urbain, est un mouvement artistique contemporain qui utilise l’espace public comme une toile. Il est le résultat de différents procédés tels que le graffiti, le graffiti au pochoir, les stickers, la projection vidéo, les installations de lumière ou encore les posters.

On croise le street-art partout aujourd’hui, que ce soit sur les murs, les trottoirs, les rues ou les monuments. Attention tout de même à ne pas le confondre avec toute forme de graffiti ou de tag. Bien que parfois illégal, le street-art est un art reconnu par les professionnels du milieu. Contrairement au graffiti ou au tag, souvent dénués de sens, le street-art a pour volonté de faire passer un message, quel qu’il soit. C’est en partie grâce à ça qu’il est reconnu comme art à part entière aujourd’hui.

Banksy, le roi de la provocation

Bien qu’il ne soit ni le fondateur, ni le précurseur de ce mouvement, Banksy reste une figure incontestable du street-art.

Son leitmotiv, c’est bien la provocation. C’est avec humour et second degré qu’il souhaite interpeller les citoyens sur la condition humaine, en jouant les usurpateurs.

L’art de Banksy se développe depuis 1993 et est maintenant présent sur chaque continent.

Un travail aux multiples techniques

Pochoirs, peintures, détournements d’objets urbains ou d’œuvres classiques, sculptures… Banksy s’attèle à faire connaître son art aux multiples facettes.

Banksy met le plus souvent en avant des personnages qu’il dessine au préalable en pochoirs. Il travaille également la peinture sur canevas ou encore la sculpture.

Son inépuisable inspiration fait sa force.

Les “pranks” de Banksy

À travers son art, Banksy souhaite bousculer les mœurs et pointer du doigt des problèmes de société. Un brin provocateur, il affiche même ses oeuvres dans les plus grands musées du monde, sans forcément en avoir l’autorisation. Le MoMa, le Tate Britain ou encore le Louvre, ses oeuvres y restent parfois exposées plusieurs jours avant que l’on s’en rende compte.

En 2006 par exemple, il a placé dans le quartier de Soho à Londres, une immense sculpture de cabine téléphonique anglaise. Cette même année, qu’il s’est introduit à Disneyland en Californie, pour y déposer une poupée gonflable vêtue d’un uniforme orange, à l’image des prisonniers de Guantanamo.

Un artiste anonyme

Nul ne connaît son identité, aussi, les spéculations fusent. Dans l’imaginaire collectif, Banksy est souvent considéré comme un homme. Or, il pourrait très bien s’agir d’une femme, ou même d’un mouvement collectif ! Banksy se plaît à rester anonyme, affirmant que cela permet aux autres d’aimer ses oeuvres pour ce qu’elles sont.

Finalement, c’est grâce au mystère qui entoure Banksy et à sa capacité à fasciner son public que l’artiste est devenu rapidement une figure incontournable du street-art.

Retour sur quelques oeuvres de Banksy

La Petite Fille au ballon rouge

Source photo : Hop-Hope

Il s’agit peut-être de l’une des réalisations les plus connues de Banksy. La fillette tendant le bras vers un ballon rouge en forme de coeur a été réalisée à l’aide d’un pochoir, sur un escalier londonien en 2002.

Cette oeuvre a également été réalisée sur canevas, puis cédée à plus d’1 million d’euros à Londres. Quelques instants après sa vente, l’oeuvre s’est autodétruite : Banksy avait en effet dissimulé une broyeuse à papier dans le cadre.

Cette petite fille qui symbolisait l’espoir, peut être aujourd’hui réinterprétée comme une parabole de la méfiance du monde dans lequel on vit.

Pulp fiction

Source photo : Canvas Art Rocks

En 2002, Banksy a réalisé au pochoir une reprise du célèbre film de Tarantino, Pulp Fiction, à Londres. Il s’agit d’une scène dans laquelle Samuel L. Jackson et John Travolta prennent en main des bananes au lieu d’armes à feu. L’oeuvre va rapidement devenir célèbre et attirer des gens du monde entier.

En 2007, une société de nettoyage est chargée de recouvrir le mur  sur lequel se trouve Pulp fiction, créant alors l’émoi.  Les mots « Come Back », adressés à Banksy, sont peints à la bombe. L’artiste, pour répondre à la demande de son public, repeint l’oeuvre au même endroit, avec tout de même une petite différence :  les personnages, vêtus d’un costume de banane, tiennent chacun un pistolet à la main.

Source photo : Pixels

Le Naked Man de Bristol

Source photo : Wikipédia

Le Naked Man de Banksy a été peint en 2006 sur le mur d’une clinique de santé sexuelle. Il s’agit de la toute première oeuvre de street-art reconnue par le Royaume-Uni et ce, malgré la nudité d’un des personnages représentés. En effet, l’oeuvre représente un homme nu, accroché à la fenêtre de sa maîtresse, qui se cache du mari de cette dernière.

Le peintre de Boston

Source photo : Street-Art-Avenue

C’est dans le quartier le plus pauvre de Boston, à Essex Street, que ce dessin a été réalisé. Il représente la tristesse et la résignation. Banksy a ainsi souhaité illustrer l’homme comme un esclave de la société, incapable de suivre ses rêves comme il l’entend.

A voir également

Source photo : redbubble.com
Source photo : Royal muse
Source photo : Arts&Scènes
Source photo : Étapes
Source photo : Photobox
Source photo : Arts&Scènes
Source photo : Twitter

Rendez-vous sur Hellocoton !