Like

Et si notre apparence devenait un challenge …

Dans une société où l’apparence compte plus que tout autre chose, notre corps devient un moyen d’expression et une manière de se comparer pour atteindre une perfection somme toute ridicule. Après le “A4 waist challenge” ou le “belly button challenge” place au nouveau défi de la toile le “one finger selfie challenge”.

Des challenges venus d’ailleurs

Plusieurs de ces challenges ont vu le jour sur les réseaux sociaux. Celui qui a fortement fait parler de lui est le “A4 waist challenge”, où la minceur format A4. Il y a eu un véritable engouement sur les réseaux sociaux chinois et notamment sur le réseau Weibo (équivalent de Twitter). L’idée germe et devient très populaire auprès des jeunes femmes. Le principe est de prendre un selfie avec en face de soi une feuille A4 de façon verticale devant la taille pour prouver des menstruations inférieures à 21 centimètres de largeur. Rien ne doit dépasser, ni au niveau de la taille, ni même au niveau des hanches. Très vite le hashtag #A4waistchallenge est créé et prend des proportions internationales.

Bien avant lui, on découvre une véritable généalogie de ces challenges : le « tight gap », né en 2013 son but étant d’atteindre le plus grand espace entre ses cuisses, le « belly button challenge », l’objectif était d’arriver à se contorsionner pour réussir à toucher son nombril après avoir passé son bras derrière le bas du dos, ou encore la grossesse XXS, popularisée en 2015 par la mannequin Sarah Stage affichant un ventre presque plat à 8 mois de grossesse.

Les réseaux sociaux, l’amplificateur du mouvement

Le dernier en date est le “one finger selfie challenge” ou le selfie du doigt unique en anglais. L’idée de ce challenge s’inspire de l’animé japonais Sky-freedom repris par la Youtubeuse Aimee Davidson qui a diffusé une vidéo dans laquelle elle cache sa nudité avec un seul doigt tour comme l’héroïne de l’animé. Elle invite alors les internautes à faire de même : poser nu devant un miroir et masquer ses seins et ses parties génitales à l’aide de son index, le reflet du miroir couvrant ainsi le bas. Il y a l’a bien entendu une véritable exclusion de certains types de corps qui ne peuvent pas répondre aux critères imposés par ce challenge.

http://www.today.it/donna/trend/one-finger-selfie-challenge-foto-nudi-dito-social.html

http://www.today.it/donna/trend/one-finger-selfie-challenge-foto-nudi-dito-social.html

L’humour, une arme contre nos diktats 2.0

Ces challenges ridicules ont connu bon nombre de détournements humoristiques rappelant la réalité des faits ou tout simplement les véritables proportions communes à la majorité des femmes. Le magazine Cosmopolitan rappelle que le tour de taille moyen d’une femme est de 80 cm, ce qui est loin des 21 centimètres du format A4. Si certaines d’entre vous compte encore se comparer aux poupées Barbie ou aux mannequins, le journal Le Parisien a calculé pour vous quelques largeurs de taille plutôt significatives dont celui de la Miss France qui compte 25 centimètres de largeur de taille, en sachant que la moyenne française est estimée à 30 centimètres.

Parmi les détournements les plus drôles du “A4 waist challenge” on retrouve des femmes sur Instagram s’exposant avec une boîte à pizza à la place de la feuille A4, ou avec des feuilles dans un format A3 et brandissant un fuck, … Sur Twitter, les internautes ont même fait participer leurs chats avec des feuilles A4 comme les grands gagnants du challenge.

Pour le challenge de l’index unique on retrouve des déclinaisons au sens figuré de l’index en brandissant un doigt d’honneur. Il y a une réelle volonté de démontrer l’absurdité de ce concours.

https://www.instagram.com/p/BNZKgfcDHmW/

https://www.instagram.com/p/BNZKgfcDHmW/

https://www.instagram.com/p/BNaMrh7A0Go/

https://www.instagram.com/p/BNaMrh7A0Go/

Certains professionnels de la santé ont réagi en dénonçant publiquement ce phénomène rappelant que les troubles du comportement alimentaire touchent de plus en plus de jeunes. Plus de 600 000 jeunes en France sont touchés par ces troubles (étude de l’AFDAS-TCA) et plus de 70 000 adolescents français sont victimes d’anorexie. Les médecins dénoncent une apologie de l’extrême maigreur. Corinne Chicheportiche (nutritionniste) citée dans le journal Le Parisien estime que cet énième défi est un “marqueur supplémentaire particulièrement à l’œuvre dans les milieux plutôt favorisés et éduqués, d’une société où le diktat de la norme s’impose. Cela fonctionne sur le même mécanisme que l’anorexie mentale : contrôler à l’extrême un corps à qui l’on refuse de devenir soi-même, et femme. Avec un seul but : contrôler son image”. Pour ces professionnels de la santé, c’est tout bonnement encourager l’anorexie. Pour la nutritionniste, les adolescents ne font plus la différence entre minceur et maigreur.

A l’heure des luttes contre les diktats de la maigreur et de l’anorexie chez les mannequins, il y a une véritable stigmatisation des femmes rondes ou même aux personnes ayant des physiques déjà très minces. Il y a un véritable culte de la maigreur qui est maintenu au travers de ces challenges. Ils ne montrent que le côté esthétique de la maigreur mais ne prévient pas des problèmes de santé, de dépression ou de de privation que cela peut engendrer.

Rendez-vous sur Hellocoton !