Like

“A revers” et contre tous, bienvenue dans l’Anti-Fashion

Un système démodé, dépassé, démesuré, effréné voilà tout ce qui semble inspirer aujourd’hui la mode. Des mouvements contestataires naissent au fil des collections et à mesure que la mode décline. Qui sont les Précurseurs de ce mouvement anti-fashion ?

Être anti-fashion, c’est quoi ?

Ce mouvement trouve son inspiration dans ce qui est aujourd’hui la Bible de l’Anti-fashion : le manifeste Anti-fashion de Lidewij Edelkoort publié en 2015.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/metropole-aix-marseille/marseille/mode-demodee-festival-anti-fashion-marseille-1267061.html

Cette gourou des tendances tire la sonnette d’alarme sur la mort du système de​ la mode. Défilés, magazines féminins, collections, boutiques, espérance de vie du vêtement, la liste est longue et en fait la preuve vivante et illustrée de ce manifeste annonçant la fin de ce vieux monde où tendance et chic sont de mise.

https://www.dezeen.com/2015/07/06/li-edelkoort-new-hybrid-design-studies-department-parsons-school-design-new-york/

Dans une interview accordée au magazine Elle Samia Aiadi, jeune styliste autodidacte rencontrée à l’événement Anti-Fashion (Marseille), elle explique souhaiter au travers de ses créations “apporter quelque chose de nouveau à la mode“. Pour la créatrice, être anti-fashion “rime avec ne pas suivre les règles et bousculer les codes dans cette industrie de la mode qui est en changement total“.

http://www.elle.fr/Mode/Les-news-mode/Anti-Fashion-la-mode-sans-frontieres-de-la-marseillaise-Samia-Ziadi-3493589

“Anti” est un terme qui peut apparaitre comme un mot valise, ou passe-partout, et pourtant personne n’arrive à trouver une autre illustration. Lidewij Edelkoort l’entend à la fois comme un “non” à du morbide, et un “oui” à des solutions efficaces et novatrices.

Retour à ses premiers amours

Aujourd’hui la mode ne semble plus refléter les messages forts qu’elle voulait véhiculer. La mass-culture trop uniformisée dans tous les secteurs a atteint cette dernière. La simplicité d’un t-shirt blanc porté avec un pantalon coupe droite donne un coup de massue à des années de créations stylistiques. Les métiers se vident de sens. La nouveauté ne se trouve pas forcément dans des écoles de mode formatées à un système bien huilé, ou par des maisons de couture ancestrales, qui prônent plus la productivité que la créativité.

https://www.aguery.com/a-propos?lightbox=dataItem-ifiepvf6

Aujourd’hui l’Anti-fashion milite pour le retour à la créativité brute, au savoir-faire simple et créatif, aux méthodes de production atypiques. Bref, à un retour de la mode créative et originale.  Il est nécessaire d’avoir cette touche de folie, de création impulsive.

Un manifeste pour le changement

Anti-fashion prend ses marques à Marseille pour la 2e édition de son colloque. L’idée de cette rencontre est d’échanger et d’explorer de nouvelles idées pour relancer la machine poussiéreuse qu’est la mode.

“J’ai voulu alerter le public sur les abus humains et environnementaux de ce système qui ne fonctionne plus, qui est en train de mourir” (Lidewij Edelkoort)

Le monde de la mode ne semble adapté ni aux consommateurs ni aux créateurs et stylistes. L’anti-fashion n’est pas un contre-pouvoir si isolé puisque les jeunes générations, plus responsables et singulières, veulent consommer autrement. Dans ce milieu où le burn out n’est pas si improbable, il faut revoir ce système effréné qui produit des collections aussi vite qu’elles n’en deviennent has been.

Les rencontres Anti-fashion, gérées par Stéphanie Calvino, n’ont pas lieu dans la ville de Marseille au hasard. La fondatrice affirme qu’ici “rien ne s’y passe comme ailleurs, il y a un côté friche expérimentale, ville sauvage, on teste des choses qu’on ne peut pas tester ailleurs, en marge de tout“. En parallèle, ce colloque souhaite éduquer en intégrant les étudiants en master de mode à l’Université Aix-Marseille pour les faire réfléchir sur de nouveaux modèles économiques et surtout les faire prendre conscience de l’urgence d’un renouveau.

http://www.lefashionpost.com/actus/2017/04/stephanie-calvino-pense-lanti-fashion-latitude-40-nord

La mode n’est pas morte, mais le système l’est : voila le constat simple de l’anti-fashion. La mode reste un moyen irremplaçable de s’inventer, se différencier, bref être soi-même.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !