Like

A la rencontre de Nancy Ekindi, une créatrice bio et éthique

AUJOURD’HUI, LA RÉDACTION PRÉSENTE Nancy Ekindi, UNE CRÉATRICE QUI A LANCÉ  joséphine Bono, UNE MARQUE qui confectionne des robes de mariée éthiques. LA CRÉATRICE NOUS PARLE DE SA MARQUe, de son engagement et des ses créations.

 

Bonjour Nancy Ekindi, tout d’abord pouvez-vous nous raconter votre parcours? 

J’ai toujours voulu faire des vêtements! C’est tout naturellement que je me suis orientée vers le métier de modeliste. J’ai donc suivi une formation sur Paris et à la fin mes études j’ai travaillé pour différentes marques de prêt à porter industrielles. C’est à ce moment que j’ai pu lors de voyages aller à la rencontre de confectionneurs et découvrir les rouages de la production de masse. Mon envie de faire des vêtements était toujours présente, mais je ne voulais pas le faire de cette façon là. L’idée de créer une marque avec d’autres valeurs commençait à être imaginé.

Pouvez-vous nous présenter la marque Joséphine Bono  ?
Joséphine Bono est une marque éthique de vêtements de cérémonies pour femme. Depuis novembre 2016 je propose d’habiller la mariée, ses témoins et ses invités ainsi que les petites filles. Le style est romantique sobre et élégant, la confection est française et les matières sont sélectionnées pour répondre aux valeurs éthiques: tissées et teintes en France, bio, et made in Europe.

Je voulais que la marque reflète la féminité, l’élégance et l’engagement.

Pourquoi avoir choisi ce nom ?

Je voulais que la marque reflète la féminité, l’élégance et l’engagement. Josephine pour Josephine Baker, c’est un clin d’œil à la femme qu’elle était. Une femme artiste qui a fait rêver l’Amérique comme la France mais aussi une femme engagée qui a intégré la résistance et une femme au grand cœur qui a choisi d’adopter plusieurs orphelins. Bono pour Bono de U2, un chanteur talentueux et également engagé dans de grandes causes. Il a notamment fondé DATA qui a fusionnée avec d’autres ONG pour devenir ONE. Leur but est d’aider à l’amélioration du développement, combattre la pauvreté et les maladies comme le sida. Deux personnages engagés pour former le nom d’une marque éthique qui à travers ces choix de matières, de fonctionnement et de collaboration souhaite aussi contribuer au développement positif.

En quelques mots, comment qualifiez- vous la marque ?  

Joséphine Bono est une marque féminine et lumineuse pour les femmes qui veulent porter leurs valeurs en toute élégance.

A quoi ressemble l’univers d’un créateur éthique ?

Je pense le développement de modèle en recherchant aussi bien un détail de style comme une valeur éthique. Les partenariats avec les fournisseurs sont de vrais rencontres humaines, et ça rend les choses à la fois plus simple et plus agréables. Exit les rapports de force lors des négociations. Les modèles sont aussi leurs modèles, nous travaillons de concert. Idem avec les clientes, c’est un rapport transparent qui je pense plait vraiment, c’est l’atout de Josephine Bono.

Comment travaillez-vous ?

Je pose mes idées sur le papier et je réalise mes croquis à la main. J’aime aussi flâner dans les salons de tissus, c’est pour moi le summum, les idées fusent chaque seconde. Puis je réalise le patron et le prototype. Je réalise mes modèles dans l’atelier et pour les petites séries, la production est faite par un confectionneur en Bretagne. Ensuite, je fais des essayages et d’autres modifications pour obtenir l’idée de départ. Une fois le modèle validé, j’organise un shooting sur le thème de la collection. Et enfin, c’est le moment de le mettre en ligne sur le site josephinebono.com.

Quelles sont vos matières de prédilection?